top of page
Rechercher
  • Sanja

Dépression hivernale : l'impact du sucre

C’est l’hiver, il fait froid, vous êtes déprimée, fatiguée, le soleil vous manque et une envie de sucre se fait ressentir avant de vous mettre au chaud dans votre lit en espérant une nuit de sommeil réparatrice. Cependant, cela ne vous aide pas à mieux dormir. Et si, l’envie de sucre, l’humeur irritable et la fatigue étaient reliées ?


Selon différentes études, il y aurait une corrélation entre l’alimentation sucrée, le bien-être psychologique ainsi que le sommeil.


Dans nos régions, le manque d’ensoleillement en hiver à un impact sur nos périodes d’endormissements et de réveils qui sont régis par nos rythmes circadiens. Selon Daniel Reis et ses collègues de l’Université du Kansas aux États-Unis, environ 30% des adultes ressentent des effets négatifs : mauvaise humeur, manque d’énergie et même dépression chez 5 à 10%. À cause de la sensation d’euphorie instantanée que procure la consommation de sucre, cette dernière peut procurer un soulagement temporaire des symptômes dépressifs, c’est pourquoi nous nous tournons vers le sucre. Cependant, à long terme cette consommation aura des impacts négatifs. En effet, le sucre agit comme une drogue et perturbe le système cérébral et crée un état de stress cellulaire et une résistance à l’insuline.


Tous ces effets négatifs du sucre pourraient également expliquer ses effets néfastes sur le sommeil. James Gangwish de l’Université de Columbia à New York et ses collègues ont analysé le régime alimentaire de 50 000 femmes et la qualité de leur sommeil sur trois ans. Les chercheurs ont différencié les sucres consommés par leur indice glycémique, c’est-à-dire par leur effet sur la glycémie dans les deux heures suivant l’ingestion.


D’un côté, il y a les aliments ayant un indice glycémique élevé tel que les bonbons, les boissons sucrées, le pain blanc et le riz blanc, qui vont augmenter immédiatement la glycémie car ce sont des sucres hautement raffinés. De l’autre côté, il y a les sucres complexes tels que les glucides dans les céréales complètes ou les fruits et légumes qui ont un indice glycémique faible car les fibres ralentissent l’absorption du sucre.


Par conséquent, plus les femmes consommaient des sucres dont l'indice glycémique était élevé, plus elles étaient susceptibles de souffrir de troubles du sommeil et d'insomnie. Au contraire, plus elles se nourrissaient de fruits et de légumes meilleur était leur sommeil. Parce que l'augmentation rapide de la glycémie entraîne la sécrétion d'insuline, ce qui entraîne une baisse de la glycémie, qui entraîne souvent la libération d'autres hormones telles que l'adrénaline et le cortisol, des molécules qui créent un état de stress.


Alors pour les chercheurs, il est possible d’affirmer que trop de sucre en hiver peut exacerber le mal-être général et éventuellement augmenter le risque de dépression et de troubles du sommeil. Néanmoins, on ne sait pas vraiment quel est le seuil maximum à ne pas dépasser. Il est vrai que chacun réagit différemment face à la nourriture.

Cependant, les associations de santé aux États-Unis et en France, ainsi que l'Organisation Mondiale de la Santé, recommandent au maximum 25 grammes de sucre ajouté par jour, malheureusement, la limite est souvent dépassée très vite...


Il est tout de même important et primordial de se faire plaisir alors n'hésitez pas de temps en temps à vous faire plaisir avec un bout de chocolat, noir de préférence, ou une pâtisserie à la fin du repas, toujours dans la modération ☺️



0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page